Priorité Aux Femmes Enceintes !

Les femmes enceintes et la PMA?

Les femmes enceintes et la PMA?

Fatigue

Ventre gonflé

Sautes d’humeur

Prise de poids

Poussées d’acné

Incertitude

Prises de sang

Espoir

Un quotidien différent

Des nausées

Une impossibilité de voyager

Interdiction de boire du vin

De quoi parle-t-on? S’agit-il de grossesse ou de PMA?

Et bien, je trouve que l’épreuve physique de la PMA ressemble beaucoup (énormément) aux désagréments de la grossesse. Il y a de nombreux points communs. Après son accouchement, Miss inFertility n’avait qu’une hâte: se réapproprier son corps. Ce corps meurtri et malmené, puis ce corps rempli de joie et de doutes ne lui appartenait plus.

Il fallait qu’elle se retrouve. Qu’elle retrouve la liberté. Elle avait eu l’impression non pas d’avoir eu neuf mois de grossesse, mais bien deux ans de grossesse. Et encore, deux ans, ce n’est rien. Ce premier passage par la PMA aura été bien plus rapide que le deuxième.

LA différence majeure entre PMA et grossesse est que la grossesse est reconnue par tous. Elle SE VOIT. On a droit à un congé maternité. On a un très gros ventre. Toutes les femmes s’imaginent enceintes ou se souviennent de leur grossesse. Les hommes imaginent leur femme enceinte. Il y a de la compassion envers les femmes enceintes car elles nous renvoient à notre propre existence. Nous sommes dans un monde individualiste: force est de constater que nous sommes pour la plupart avant tout touchés par ce qui nous concerne directement. Je suis sure que Bounty a un avis intéressant sur le sujet ! Par contre, en PMA? Comment réagissent les « gens » face à cette « pathologie »?

Je pense à une journée où Miss inFertility était complètement épuisée, au bout du rouleau. On a spontanément proposé à la femme enceinte à côté d’elle, qui était en pleine forme, de s’asseoir. J’ai été enceinte. Je sais ce que c’est. On est en général capable de tenir un peu debout en début de grossesse… Et l’infertile, elle fait quoi? Elle peut rester debout, elle? Et bien oui vu que sur son front ne clignote pas: « DEBOUT A 5H POUR ETRE A 7h AU LABO. VIENS DE ME FAIRE 3 PIQURES. APRES DEMAIN PONCTION ET ANESTHESIE GENERALE ». Ce serait pas mal en fait ;-)!!

Peu importe la maladie (oui pour moi la PMA c’est une maladie), il n’y a d’empathie que quand on arrive à se mettre à la place de l’autre, ou à être vraiment sensibilisé. On est plus touché par quelqu’un qui combat le cancer alors qu’il n’a plus de cheveux et de sourcils que par quelqu’un qui combat le cancer sans que cela ne se voie, non? Le problème de la PMA est bien que l’entourage (au courant ou non) ne comprend pas forcément, ce n’est tout de même pas si compliqué de faire des enfants, hein? Ca me fait penser à Zapette, qui parlait d’une ex-infertile qui va encore plus loin, en reniant elle-même sa souffrance passée, en disant que oui bien sûr, l’infertilité c’est dans la tête. Toujours cette gêne d’être incapable.

La souffrance de la PMA, elle, ne se voit pas.

Tu souhaites plus que tout être enceinte. Tu as tous les désagréments de la grossesse. Tu as un nombre incalculable d’épreuves à passer et de mauvaises nouvelles à encaisser. Et pourtant, la société ne reconnaît pas ton statut, et ose à peine en parler. Le top, quoi !!

Mais heureusement qu’elle existe cette PMA tout de même. Que ferions-nous sans elle???

 



Catégories :Vivre l'infertilité au quotidien

Tags:, , ,

44 réponses

  1. 😉 J’approuve… et me dit que quand même heureusement qu’on ne vit pas tous les malheurs ! Au moins ca nous donne la force d’épauler ceux et celles qui en besoin, et la réciproque, le reverse se fait ensuite ! et puis obligé on se doit de reconnaitre la souffrance de l’autre (et se la fermer sans donner de conseil non expérimenté) pour le respect de ce dernier, pour humaniser en quelquesorte (alors là, le bobo vomito femme enceinte il a évidement pas la même place que le bobo vomito d’un nouveau né, car pour le premier c’est quasi une « norme », pour le second c’est une urgence plausible). Vlà, bon c’était court cette fois-ci. Fin du 😉

    Tu sais que je me dis souvent le jour où ca marchera que je pondérai un article du style « une gestation éléphantesque » (bon rapé j’ai déjà dépasé le terme et toujours pas de bébé). Ben voila, tu l’as fait. La gestation commence entre l’arrêt de pilule et l’entrée en pma. Non mais 9 mois ca me parait super court du coup !

    (je suis très attachée au M de PMA aussi… tant au sens protocoles techniques que pathologies) (et puis si on a un 100% infertilité, je comprend pas pourquoi le code du travail n’est pas approprié comme il l’est pour d’autres maladies, ça reste un mystère pour moi… c’est pas clair dans les hautes sphères…).
    Je pense qu’avec cette phrase « Le problème de la PMA est bien que l’entourage (au courant ou non) ne comprend pas forcément, ce n’est tout de même pas si compliqué de faire des enfants, hein? » tu détiens une vérité : « ça ne se voit pas sur l’autre et en plus pour moi (sur qui on ne voit rien non plus) ben c’était easy ». Un petit effort et des nœuds dans le cerveau serait chouette pour juste imaginer, ou alors juste de l’écoute bouche fermée.

    En revanche, il y a beaucoup de souffrances qui ne se voient pas. Certaines due à des maladies, d’autres non. Celle du désir d’enfant est je pense particulière dans le sens où elle est liée à quelqu’un qui n’existe pas encore hormis dans nos imaginaires (je sais pas si c’est clair ce que je dis, bref). Du coup outre le fait que ça ne se voit pas, et que donc de quoi se plaint-on physiquement, il y a aussi le fait que l’enfant absent et qui n’a jamais vécu « dans la vrai vie » ne se voit pas, alors de quoi se plaint-on psychiquement… d’où la difficulté peut-êtreà faire comprendre le désir d’enfant encore absent et la maladie qui empêche sa venue… et ce d’autant plus si l’on évoque ceci à une personne dont le désir d’’enfant a été assouvi en un C1 ou C3…).

    En tout cas, joli article si bien écrit. Je partage toutes ces réflexions du fond du cœur et aimerai bien avoir une baguette magique pour plus de compréhension mutuelle ou/et plus de résolutions des problèmes…
    Sinon, c’est clair, j’ai les mêmes symptômes !
    Bisous

  2. Ça c’est sûr que cette maladie ne se voit pas, mais n’est pas pour autant moins douloureuse…
    Et la grossesse, quand elle arrive enfin, ne dire pas 9mois chez nous, mais beaucoup plus, ça c’est bien vrai!
    Bisous

  3. Je me suis parfois fait la réflexion lorsque qu’en fin de stim et parfois pliée en deux tellement j’avais mal au ventre et j’étais épuisée et que j’allais faire quelques courses au supermarché et que je voyais les autres, enceintes et en pleine forme et rayonnantes, qui elles passaient allégrement devant tout le monde et devant moi au passage qui fermait ma gueule parce que par pudeur j’allais pas raconter ma vie devant ces inconnus… Idem quand certains handicapés de convenance (j’habite à côté d’une préfecture et suis parfois surprise de voir des gens très alertes et mobiles sortir de leur voiture dûment macaronee du bon petit badge et donc garée dans la place handicapée juste devant) revendiquent des droits, des places de parking et je ne sais quoi alors que moi mon « handicap » caché (Ben quoi mon utérus n’a pas la bonne forme non ?) je le traine sans faire chier personne ni revendiquer ma différence qui me donnerait droit à je ne sais quoi… Pudeur, honte, poids d’une certaine culpabilité de ne pas savoir/pouvoir faire ce que les autres font si facilement ou indifférence de la société qui ne veut surtout pas voir l’infertilité (pouah c’est pas beau) dans une société qui glorifie la parentalité comme truc ultime, si t’as pas ça t’as raté ta vie quoi… F… Life n’est ce pas…

  4. Quand je te lis, je me lis ! C’est fou comme tu sais exprimer ce que je pense… J’ai souvent comparé l’infertilité au cancer, en précisant que c’était bien une maladie. C’est pour cette raison que je ne m’en suis jamais caché, assumant complètement le côté médical.
    D’ailleurs, un beau jour, un médecin du travail m’avait rétorqué « Oui, il y a l’aspect médical, mais ce n’est pas considéré comme une maladie! Après tout, vous avez choisi de vouloir un enfant, mais vous auriez pu choisir de ne pas en avoir. Alors qu’un malade du cancer n’a rien choisi… » OUTCH !!
    En tout cas, je dis aussi souvent qu’on ne comprend que ce qu’on vit. Mais c’est pour ça que je n’en veux à personne de ne pas comprendre… Surtout que nous-mêmes, on ne va pas se mentir, on a aussi sûrement été maladroites, sans le vouloir, avec des gens dont on ne comprenait pas la problématique… Genre, nos amis célibataires (pour ne citer qu’eux de nouveau!).
    Mais en effet, ce qui me chagrine, c’est ce peu d’empathie dont font preuve les gens aujourd’hui. J’ai l’impression que beaucoup considère la PMA comme un luxe et qu’on devrait simplement se faire une raison et picétout. « A quoi bon vouloir forcer le destin? » C’est un peu ce que certains doivent se dire… Donc en gros, pour résumer, pour la plupart de ces crétins, le simple fait de comparer une femme enceinte à une femme suivie en PMA est un blasphème !! En gros, t’as choisi, donc tu subis. La femme enceinte, pendant ce temps, elle a aussi choisi, mais elle, elle porte la vie, alors on l’érige en femme toute puissante qu’on se doit de protéger !! Mais ce n’est pas elle qu’on veut protéger: soyons clairs !! C’est la vie qu’elle porte…
    En gros, quand un enfant est dans le ventre de sa mère, on protège cette vie à venir comme si elle était extrêmement précieuse, et quand les gens sont là et bien là, on en laisse certains crever de faim et/ou de froid dans le caniveau… Bref… Sur ces paroles pleines de positivisme et d’amour de mon prochain, je te bisoute.

    • J’espère que tu lui as foutu une baffe à ton connar* de médecin du travail !?!
      Je suis tout à fait d’accord avec ce que tu dis, les gens considèrent la PMA comme un luxe, pour eux faudrait pas en plus qu’on se plaigne !
      Ces femmes enceintes érigées au rang de déesses, ça me révolte.

    • Il est cou*llon ce médecin, le choix vient de la maitrise de la procréation (contraception, etc), pas d’un aspect physique. Screugngeneu… Il y a de cela 1 siècle on ne choisissait pas d’être enceinte, c’est bien que c’est physiologique. Il a refait ses cours de terminale depuis ? (désolé du squattage miss infertility, mes doigts ne pouvaient pas ne pas réagir). Bises

  5. J’applaudis des deux mains à ton article (et aussi à l’intervention de Julys sur la pma de luxe). Ce qui me rend dingue c’est la minimisation (dans le meilleur des cas) ou la négation de la souffrance que constitue mon désir d’enfant non exaucé. Les personnes qui ont eu un enfant 9 mois après en avoir eu l’idée n’ont pas eu le temps de comprendre la puissance de ce désir (qui n’est pas un caprice ! ! !) et ne savourent pas toujours leur chance.
    Sur ce, m’en vais mettre ton article sur mon blog.
    Bisous.
    Lily.

  6. A reblogué ceci sur Les aventures de Lily au pays des cigogneset a ajouté:
    Tellement tellement tellement juste !

  7. Merci de trouver les mots pour écrire tout ce que je ressent, pour traduire toute cette révolte et ce sentiment d’injustice qui me bouffent.

  8. Jte le pique. C’est tellement vrai. Personnellement, jettez moi la pierre mais les lendemain de ponction (arrêt uniquement le jour J dans ma clinique), ben je m’assoeis et quand on me regarde bizarrement, je pose une main sur mon ventre… Oui je sais, c’est pas bien, j’ai honte mais de toute façon je fais tellement de rétention d’eau en traitement que je passe pour une femme enceinte de 4 mois. Sans l’être. Loose

  9. A deux jours de ma ponction, cet article me parle vraiment, et ce matin j’ai du faire 2-3 courses, avec des douleurs importantes et une fatigue monstre, et j’aurais bien aimé qu’on me laisse passer… mais non, moi rien ne se voyait (si ce n’est un visage crispé et fatigué, mais les gens s’en foutent) tandis qu’on a laissé passé une femme enceinte, qui était en pleine forme, mais juste ronde! Bref… merci de ton article, de ton blog, et merci de ton soutien ❤

    • Merci à toi Zelda <3. Je t'envoie tout plein de bonnes ondes pour la ponction. Tu nous fait une récolte de championne, ok??? bisous

      • ça ne sera pas une récolte de championne. Pour la simple raison que la moitié des follicules qui étaient présents aux monitos 1 et 2 ont stoppés leur devéloppement, donc on compte sur l’autre moitié.. mais sachant que dedans j’ai peu d’ovocytes matures à chaque fois, malgré qu’on fasse durer la stim le plus longtemps possible.. on va pas faire de plan sur la comète, comme professOR l’a dit ‘on verra’.
        Merci en tout cas ❤

  10. La souffrance visible est la seule souffrance reconnue. C’est injuste (leitmotive des Pmettes) mais logique parce qu’en effet c’est pas écrit sur notre front mais ça n’empêche pas le sentiment de rejet que ça provoque encore et toujours.
    En revanche, le « soutien » à la femme enceinte bah comment dire … perso je ne le connais toujours pas. Je suis dans mon 5ème mois et où que j’aille tout le monde s’en fou ou presque. A la campagne pas de caisse prioritaire ou il faut demander à l’accueil d’en ouvrir une du coup je fais la queue et non, pas un péquenot pour me laisser passer, on m’ignore allègrement.
    Reçus famille et amis récemment. JE mets la table, JE fais à manger, JE JE JE et les invités restent tranquillement assis. Evidemment c’est pas une maladie mais c’est tellement pas une maladie que désormais, mentalité égocentrique française oblige, bah tout le monde s’en fou. Est-ce que les cancéreux ont plus d’attention ? Ma copine qui en est sortie mais dont tout le système capillaire est foutu (chauve à vie à 30 ans) vous dira que non. Foulard ou non, tout le monde détourne le regarde ou pire, la montre du doigts (si, si ça lui ai déjà arrivé).
    Pour moi c’est le mal d’aujourd’hui : chacun pour soi malade ou pas, visible ou pas.
    Pfff ça me déprime…

    • Oui c’est vrai que le chacun pour soi est assez général. Je galérais aussi à Paris, sauf en fin de grossesse, quand les gens ne pouvaient plus louper mon ventre absolument énorme. Sinon, ils peuvent faire semblant de ne pas voir. Comment vas tu? Toujours une publicité ambulante pour la grossesse de rêve??? Bisous

  11. Ton article est tellement criant de vérités…
    Tout le monde s’intéresse à mes symptômes maintenant, alors que les symptômes « inutiles » de pma n’intéressaient pas grand monde, alors qu’ ils n’étaient pas mieux vécus en général, bien au contraire..
    La comparaison avec les maladies graves est souvent faire, mais que par des personnes parents qui ne comprennent rien à rien. Quand quelqu’un fait le « choix » de fumer 2 paquets/jour toute sa vie, le cancer est il quelque chose de si surprenant ? Me jetez pas la pierre, je suis ex fumeuse, et je ne juge pas, mais je veux juste dire qu’ il faut que les bien pensants arrêtent de coller ces f+cking étiquettes parfois hors sujet…
    J’avoue que comme beaucoup, je ne comprenais pas la souffrance liée à la pma et n’aurais jamais envisagé d’aller en FIV jusque récemment.
    Mais je n’ai jamais sorti ces phrases débiles aux rates couples que j’ai côtoyé qui vivaient tout cela.
    Bref, il est grand temps que cette maladie soir acceptée et reconnue telle qu’ elle l’est.
    Grrrrr
    Bises et merci pour ce joli billet

    • Merci à toi ma belle. J’espère que mini kangourou se porte bien ! Tu connais le sexe? (j’ai peut être loupé un article??). Gros bisous ❤

      • Je publie un article ce soir, il attends au chaud dans mon PC.
        Je suis à presque 10SA (c’est fou), donc non, mais tfaçons on veut pas le savoir, on garde cette jolie surprise (sauf craquage intensif !)
        Et tout comment ça avance ? Gros bisous

        • trop contente d’avoir de tes nouvelles !! ça passe vite, c’est fou !!! je me souviens quand on attendait nos résultats d’IAC en même temps, ça me paraît être hier !!!! je suis si contente pour toi. Je vais aussi faire un article privé en fin de semaine pour vous tenir au courant. Le protocole de FIV a démarré, tout va bien. Bisous

  12. Tellement vrai.
    Merci pour ce billet qui exprime tout à fait ce qu’on ressent toutes mais qu’on ose jamais/rarement dire.
    Elle me fait penser à une chanson que j’adore qui dit « Les blessures qui ne se voient pas nous font du mal bien plus que toutes les autres… ». La PMA nous fait souffrir, on affiche sans cesse un sourire béat alors que notre coeur est meurtri par tant de souffrance.
    En esperant que la PMA puisse toutes nous sortir de cette souffrance, hélas, je sais que certaines d’entre nous ne monteront jamais dans le train…
    Bises…

    • Coucou Boupe, je pense super fort à toi pour la FIV4. Courage ma belle, tu mérites tellement ce bonheur. ❤ ❤
      J'avais commenté ton article depuis mon téléphone mais il ne passait pas. Je vais y retourner de ce pas.

      • Boupe, je n’arrive pas à te laisser de commentaire. Ca buggue quand je valide le message… Je te le mets ci dessous du coup:
         » Coucou Boupe, quand j’ai lu ton article la semaine dernière j’ai eu la gorge nouée. Je comprends tellement ta souffrance. Mais surtout, ne lâche rien ! Tu as encore une tentative qui est pleine d’espoir. 28JEDB nous a encore montré récemment que chaque tentative est une superbe opportunité. Je t’embrasse très fort. « 

        • Réponse un peu tardive :
          Merci pour ton message. Oui je me dis que cette tentative peut enfin être la bonne, j’essaie de garder espoir. J’espère avoir la même chance que 28JDB et me raccroche au bonheur des autres Pmettes.
          Par contre, je ne comprends pas pourquoi tu ne peux pas laisser de message sur mon blog, bizarre…
          Bisous.

  13. Un gros merci pour ton post qui met en « maux » nos quotidiens…

  14. Je me rappelle, en fin de stim, sensation des ovaires qui pèsent 5 kilos chacun, le ventre en feu, je fais la queue à la cantine, j’en peux plus, je sens que je tiendrais peut etre pas jusqu’au bout. J’imaginais qu’une femme enceinte pourrait tout à fait couper la file, je trouverais ca d’ailleurs normal. Mais moi, à moins de raconter ma vie à des gens que ca ne concerne pas (et encore, au risque qu’on me rétorque que c’est pas une maladie), je devais serrer les dents…
    C’est vrai pour l’infertilité, mais effectivement aussi pour des maladies ou handicaps non visibles…
    Merci pour cet article.
    Bisous.

  15. Je n’ai pas (encore) (vraiment) l’expérience des douleurs physiques de la PMA mais j’applaudis des 2 mains ton article!! MERCI 🙂
    Bisous

  16. Tout à fait d’accord avec toi sur le fait que la souffrance de la pma ne se voit pas…. Les gens n’imaginent pas ce que l’on vit… J’en ai parlé à une de mes collègues et je vois bien qu’elle ne se rend pas compte de ce que ça implique…. Elle est gentille mais finalement ça m’énerve à un point. Je pense qu’on devrait sensibiliser les gens à ce sujet, leur expliquer les traitements et non que ça reste un sujet tabou comme ça l’est encore aujourd’hui….

Rétroliens

  1. Priorité Aux Femmes Enceintes ! | enroutepourmininous

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :