Insémination Artificielle: Ca Se Passe Comment En Pratique?

On me demande souvent: une insémination, qu’est ce que c’est? y a-t-il déjà eu fécondation? c’est comme une FIV?

Recadrons tout de suite le propos: dans le cadre de la PMA (ou AMP), on parle en général d’insémination artificielle.

NDLR: L’insémination naturelle se passe tout simplement lors d’un rapport. Elle peut aussi arriver dans le cadre de la PMA suite à une stimulation ovarienne par exemple. S’il n’y a pas de problème par ailleurs.

Pour citer mon merveilleux dictionnaire de la PMA, repartons sur les principaux types d’inséminations artificielles:

Insémination Artificielle Intra-Utérine: C’est une technique de reproduction assistée consistant à placer du sperme dans l’utérus sans qu’il y ait de rapport sexuel. Cela consiste à injecter artificiellement le sperme, plus ou moins préparé, au moment de l’ovulation.

L’insémination artificielle peut se faire avec le sperme du conjoint ou IAC ou avec le sperme d’un donneur (IAD) afin de palier une infertilité masculine.

Nous allons nous intéresser en particulier à l’IAC. Ce billet n’a pas de valeur médicale, il est issu d’une expérience personnelle et ne se veut pas exhaustif.

La première étape: l’obtention de l’ovulation

Avant de pouvoir espérer féconder un ovule, il faut tout d’abord qu’il y ait une ovulation. Les pathologies et les cas sont extrêmement nombreux, essayons de résumer.

En gros, si la femme n’a pas de problème particulier pour ovuler, il est tout à fait possible de faire une IAC sans stimulation ovarienne au préalable. En effet, l’objectif étant de féconder un follicule unique, pas la peine de forcer. L’IAC dans ces cas est préconisée par exemple s’il y a un problème de glaire: l’ovule est là, tout beau, mais les spermatozoïdes n’arrivent pas à l’atteindre car la glaire les « bloque ». L’insémination, qui permet de franchir le col de l’utérus, dépose les spermatozoïdes au plus près de l’ovule, tout au fond de l’utérus: alea jacta est!

Si la femme a un problème d’ovulation, il faudra qu’elle subisse une stimulation ovarienne. En fonction des situations et des médecins, il s’agira d’obtenir un follicule unique, voire deux. N’oubliez pas que deux follicules augmentent certes les chances de fécondation mais aussi les chances de jumeaux, voire de triplés. Beaucoup de médecins n’informent pas les patientes de ce « risque ». Je dis risque car une grossesse gémellaire est plus compliquée qu’une grossesse simple, et élever des jumeaux est ensuite toute une organisation. Mais il peut être tout à fait légitime de souhaiter des jumeaux afin d’avoir la PMA derrière soi, quand on galère depuis longtemps. Tout dépend des situations on a dit !

Il existe différentes méthodes de stimulation ovarienne, de la plus légère à la plus lourde avec entre autres: des cachets (clomid par exemple), des piqures (gonal par exemple) ou la pompe lhrh (lutrepulse).

La stimulation ovarienne est monitorée finement par le spécialiste PMA via des échographies pelviennes et des dosages hormonaux jusqu’au jour du déclenchement de l’ovulation. La stimulation peut durer quelques jours ou plusieurs semaines, c’est très variable.

La deuxième étape: le déclenchement de l’ovulation

Lorsque différents paramètres sont réunis, le médecin décide de déclencher l’ovulation. Pour cela, il faut que l’échographie + les dosages hormonaux + l’épaisseur de l’endomètre confirment la présence d’un follicule arrivé à maturité et la capacité à accueillir une grossesse.

Il prescrit alors à sa patiente une injection à faire elle même, en général en France c’est l’Ovitrelle en sous-cutané. Réalisée la plupart du temps le soir entre 19h et 20h, l’insémination sera ensuite programmée le surlendemain, souvent à l’heure du déjeuner. Les débutantes en PMA peuvent demander à aller chez une infirmière pour réaliser la piqure, mais très vite on devient une pro et ce n’est plus si difficile.

La troisième étape: le jour de l’ovulation. Le jour clé.

Monsieur doit se rendre au laboratoire PMA environ 3h avant le rendez-vous fixé chez le médecin pour l’IAC. Il doit faire le recueil de sperme et le remettre ensuite aux infirmiers(ères) qui se chargeront de l’analyser. La préparation réalisée par le laboratoire permet de trier les spermatozoïdes afin de ne garder que les « champions ». Elle sera disponible assez rapidement pour que Monsieur ou/et Madame puisse(nt) venir la chercher et l’amener au médecin. Il s’agit de bien vérifier que vos noms figurent sur tous les éléments de la préparation. Le trajet jusqu’au cabinet du médecin peut être assez épique, surtout quand on vous demande de protéger le préparation du froid et que vous vous retrouvez à marcher avec le sac sous le manteau comme si vous cachiez une bombe atomique !!

Arrivés chez le médecin, vous donnez la préparation au médecin qui vous demande de vérifier à nouveau les noms sur les flacons. Vous pouvez venir seule ou accompagnée de votre mari, as you want. Il faut venir avec une vessie à « demi » pleine. J’adore ce concept: comment savoir si elle est remplie à moitié à trois quart ou totalement?? en réalité c’est un peu plus souple que cela…

Le médecin insère ensuite le cathéter dans le vagin et remonte le col de l’utérus pour déposer au plus près de l’ovule les spermatozoïdes. Vous pouvez suivre tout cela sur l’écran de l’échographie. Cette manipulation est rapide est normalement indolore. La première IAC est souvent un test: le médecin « découvre » votre anatomie, et pourra par la suite demander un cathéter particulier pour faciliter la manipulation. Chaque personne a une morphologie différente…

Une fois cette manipulation réalisée, vous pouvez immédiatement vous relever. Les spermatozoïdes n’étant pas soumis à la loi de la gravitation une fois dans l’utérus, il n’est pas utile de rester allongée. On m’a raconté récemment qu’en Corée il arrive que les médecins « retournent » les femmes sur des chaises spéciales pour que les spermatozoïdes descendent dans l’utérus. Spontanément on penserait que ça peut être utile, mais non. Et si on ne teste jamais les choses différemment on ne peut pas savoir que ça ne favorise pas la fécondation en fait. Etrange !

Vous pouvez ensuite rentrer chez vous et vivre normalement, sans mesure particulière (hors celles de bonne hygiène de vie bien sûr, vous êtes considérée enceinte à ce moment là). L’ovulation étant programmée autour de l’IAC, une fécondation peut avoir lieu très rapidement. Mais la nidation ne se fera qu’environ 5 jours plus tard, au stade de blastocyte.

La dernière étape: l’attente du résultat

La prise de sang de bêta HCG est programmée la plupart du temps 14 à 17 jours après l’IAC. On demande fréquemment à la femme de continuer un traitement en deuxième partie de cycle pour soutenir l’endomètre et favoriser la nidation. Ces traitements peuvent engendrer de faux positifs, d’où la prise de sang tardive. Ces quinze jours semblent durer une éternité et les traitements administrés peuvent provoquer une grande fatigue.

Abstinence

Selon les médecins et les résultats de Monsieur, la durée de l’abstinence varie. Mon médecin préconise une abstinence très courte, de 12h avant le recueil, soit la veille de l’IAC. Cela favorise les spermatozoïdes « frais », qui sont de meilleure qualité. Avec 3 jours d’abstinence, il y aura plus de spermatozoïdes dans le recueil mais ils seront plus fatigués, moins performants! A décider au cas par cas.

Formalités (en France)

Il s’agit de faire pour chaque membre du couple un bilan d’infertilité avec différents examens ainsi que des sérologies (HIV, hépatite B etc…).

Il faut aussi fournir un certificat de mariage ou une attestation de vie commune (concubinage) depuis au moins deux ans.

Votre médecin vous donnera un formulaire de consentement à signer par les deux membres du couple.

Concernant la sécu et avant de démarrer la stimulation, il faudra faire une demande d’entente préalable et d’exonération du ticket modérateur (prise en charge à 100%).

Surtout n’oubliez pas de présenter vos cartes d’identité pour faire le recueil et le retirer au labo!!

Résultats

Je ne vous donne pas de chiffres car cela veut tout et rien dire. C’est à votre médecin de vous prescrire une IAC si c’est le traitement adapté pour vous. Malheureusement, il arrive souvent que des couples doivent passer par l’IAC pour « tenter », alors même qu’on sait d’avance que les chances de réussite sont très faibles.

Bon courage !!!

Pour aller plus loin: http://www.docteur-benchimol.com/insemination_intra_uterine_artificielle.html

 



Catégories :La PMA EN PRATIQUE: nos questions

Tags:, , , ,

20 réponses

  1. C’est vrai que les gens quand tu leur dis insémination, en fait ils pensent souvent que tu parles d’une fiv.
    Bises

  2. Tiens, ben justement j’ai du expliquer le distingo FIV et IAC et Stim’ pas plus loin que samedi soir. La prochaine fois je renvois les proches ici. Bises

  3. Et moi hier soir, une copine toubib a qui j’expliquais l’iac m’a demandé combien d’embryon on m’avait mis 🙂
    Ceci dit je connaissais pas non plus avant…

  4. Merci pour ton article 🙂 En terme de monitorage, comment ça se passe? Les échographies et dosages hormonaux ont lieux tous les combien de temps pour une IAC?
    Gros bisous

    • Coucou Biquette, ça dépend complètement des procotoles.
      Tu peux très bien faire une IAC sans stimulation et donc avec un suivi minime.
      A l’inverse, dans mon cas par exemple, c’est très lourd. 2 à 3 échos par semaine et 2 à 3 prises de sang par semaine, et ça peut durer 3 semaines. Certaines fois tu peux « subir » tout ça sans même finalement faire d’IAC car le bon nombre de follicules n’a pas été obtenu (un follicule).
      Bon courage!

      • Ça dépend des Gynécos aussi..
        La mienne est minimaliste, et pour l’iac, c’est une à deux échos à J12 et une pds avant le déclenchement. Mais elle fait ça depuis 20 ans alors… Pour d’autres doc ,c’est beaucoup plus. Rarement plus de trois monitoring et trois pds quand même. Bisous !

  5. Encore un article intéressant! Merci merci! 🙂

  6. Je ne lis que maintenant, mais merci pour ces informations, je vais certainement en avoir besoin très bientôt et je pensais savoir des trucs, tu m’en as appris d’autres. 🙂

  7. Bonjour,

    Et au niveau du coût? A combien doit-on se préparer à peu près bien sûr?

    Je sais que certains examens sont très bien remboursés avec la mutuelle (pds, test post coïtal etc.) d’autres par contre moins bien (les écographie, l’hystérographie, visite gynéco etc…)
    Combien coûte une IAC en elle même ?
    Quel budget je devrais prévoir pour pouvoir suivre tout le protocole (sachant que je suis sur Paris)…?

    Grand merci par avance !

    • Bonjour,
      Malheureusement, je ne peux pas répondre à cette question: c’est très variable entre le privé et le public et cela dépend complètement des mutuelles. Avec le 100% PMA, la sécu rembourse les médicaments et les frais infirmiers (prise de sang). Par contre les actes d’échographie et autres examens dépendent des honoraires du médecin. Avec une bonne mutuelle, tu peux être très bien remboursée, c’était mon cas. Bonne suite

  8. Bonjour, je doit faire un exposé sur l’insémination artificielle, j’aimerais savoir le pourcentage de personnes qui y ont recours… j’ai recherché dans plusieurs sites mais aucun ne me donne la réponse !
    Merci d’avance.

  9. Bonjour mesdames!
    je viens de realiser ma première IAD jai fais ma prise de sang ce matin et c’est negatif…
    Une chance sur deuxavec la stim.. c’est le jeu! Alors c’est reparti, nouveau protocole au prochain cycle!
    pas sipmple physiquement la stim difficile meme mais c’est pour la bonne cause!
    courage a toutes et tous!
    nany

  10. C’est très beau tout ça. J’aimerai savoir si il y’a possibilité de manipuler les  »gènes ». Mon mari et moi sommes tous deux as et avons déjà perdu un bb. Est c possible de prendre un sperme a pour injecté chez moi?

    • Bonjour Rian, merci pour votre commentaire. Je vous conseille de voir des médecins spécialistes pour votre question. J’imagine que vous parlez de la FIV ICSI et non de l’insémination? Ce blog n’a pas pour vocation à répondre à des questions médicales spécifiques et personnelles. Bon courage

  11. Bonjour Miss inFertility ! Je suis à mon deuxième cycle d’IAC (Gonal F à 87,5IU depuis J6). Ce matin j’ai eu mon (deuxième) monitoring (J12), un beau follicule de20mm et un endomètre de 13mm. J’ai eu comme consigne d’arrêter mon traitement et de faire l’insémination demain. Pas de déclenchement. Est-ce normal ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :