Les Qualités Humaines Du Corps Médical

Des médecins trop souvent froids

J’ai froid

Je lis vos blogs et quelque chose me saute aux yeux.

Attention, je ne cherche pas à généraliser, beaucoup de médecins, biologistes, infirmiers(ères) sont tip top, j’ai juste envie de pousser un petit coup de gueule.

Par exemple, voici quelques uns des petits noms donnés aux médecins qui nous suivent en PMA: Dr Freeze (chez Little Wife), Mme Glaçon & Mme Iceberg (chez Un Mec en PMA). Pivoine qui s’entend dire qu’elle est un cas.

Je vous ai déjà parlé de mon laboratoire, qui est lui aussi une salle réfrigérée?

Hum.

Re-Hum.

Nous parlons là de santé, de fertilité, d’hormones, de bébés. Et en face? Des gens trop souvent froids, sans aucun tact, qui vous considèrent comme un numéro, un billet de banque ou mieux un cobaye. Aucune empathie. Dur.

La priorité c’est certes la compétence et la confiance, nous sommes d’accord. Pas là pour plaisanter, ni pour faire la fête. Mais un peu d’humanité ferait-il du mal? Un peu d’écoute et de bienveillance également?

Combien de médecins ai-je déjà rencontré qui n’acceptent pas de ne pas savoir? de reconnaître leurs limites? qui n’entendent pas ce que vous leur dites, vu qu’ils ont raison? Et pourtant, c’est le propre de la médecine: accepter que nous sommes bien petits par rapport à la nature, et que malheureusement parfois elle a raison de nous.

Et c’est quelque chose de valable dans tous les domaines d’ailleurs: quand un petit stagiaire de 21 ans me dit qu’il comprend tout et ne pose aucune question, c’est louche, je vous le garantis!!

De leur toute puissance, ils peuvent prescrire très vite une FIV ou un autre traitement et hop, sans même prendre le temps de regarder ce qui se passe réellement chez leurs patientes et patients. Vite, vite, vite : « j’ai la solution ». Ne surtout pas aller plus loin. Ne surtout pas prendre le risque de se remettre en question. Ne pas prendre d’initiative. Montrer que l’on applique bien ce que l’on appris dans les livres sur les bancs de la fac. Et en voulant aller trop vite, on en fait perdre du temps à ses patientes parfois. Et en se cachant derrière un protocole, c’est sûr on prend moins de risques. Ca se comprend.

Mais l’humain est imparfait, unique. Tout protocole standard peut-il s’appliquer à tous? Un de mes praticiens me parlait justement il y a peu d’un cas. Une fille envoyée directement en FIV à 24 ans, par un médecin renommé qui tout simplement n’a pas pris le temps. Trop de travail. Trop de patientes. Trop de choses différentes à faire, ce médecin faisant de la gynéco classique, de la chirurgie et de la PMA. Vouloir tout faire. Etre professeur. Mais au final, pourquoi? Pour un titre. Et pas pour les patientes. Ni pour la beauté de la médecine.

Combien de fois ai-je déjà entendu des Pmettes me dire qu’elles n’avaient pas trop compris ce que leur avait dit leur médecin? Qu’il n’avait pas pris le temps de leur expliquer? Qu’elles ne savaient pas qu’il y avait plusieurs follicules mûrs avant de déclencher l’ovulation et que ça pouvait impliquer une grossesse multiple? Quelle angoisse d’être ainsi dans l’inconnu!

Et le pire: lorsqu’ils rejettent la responsabilité sur leurs patientes.

Pour vous donner un exemple concret, qui je l’espère vous parlera: vous le savez Miss inFertility a une aménorrhée primaire, ce qui est très rare. Et bien à l’adolescence, les règles ne venant pas avec le traitement prescrit, la gynéco de l’époque avait trouvé la solution: comme ce n’est pas possible de ne pas réagir au traitement, c’est très simple. C’est que Miss inFertility Jr ne prend pas ses cachets! » Et voilà. 10 ans d’étude pour sortir une aberration pareille.

Patients: Soyez ACTIFS dans vos parcours. La consultation médicale est un échange et en quelque sorte vous êtes clients (si on peut dire ça comme ça). Exigez des informations, appelez, posez des questions. Ne vous faites pas tous petits devant une prétendue science infuse du corps médical! C’est TROP important. N’hésitez pas à les remettre en question: avec mon médecin actuel, c’est presque un jeu. Je le questionne sur tout, je lui propose des alternatives et je crois que ça lui fait du bien aussi de ne pas être face à quelqu’un de passif. Vous êtes votre propre ange gardien. Si vous voulez quelques conseils pour trouver le bon médecin, c’est ici. Il y en a des perles, le tout c’est de les trouver!

Médecins: Si vous mes lisez (je l’espère), faites un effort. Mettez vous à la place de votre patient. On vous dit d’essayer de rester professionnel, et certainement de ne pas montrer vos émotions. Mais faites preuve de bon sens: les mauvaises nouvelles, on les amène doucement. Pas tout en bloc. On essaie d’être un minimum disponible durant la consultation pour se mettre au niveau du patient et lui expliquer dans un langage courant (et non en charabia médical) ce qui le concerne. Un peu d’écoute et d’humanité et tout le monde ira bien. Oui oui je vous l’assure, faire le bien amène le bien. Il est vrai que dans vos études, ce n’est pas forcément ce que l’on vous a appris. Mais il n’est jamais trop tard!

Bon voilà, c’est dit! Mais après tout, nous sommes tous des humains, patients ou médecins. Chacun fait ce qu’il peut, avec son passé, son expérience, son caractère. Pas facile tout ça.

J’espère que cet article aura pu vous aider d’une manière ou d’une autre dans votre parcours. C’est toujours un immense plaisir quand vous me dites que j’ai pu vous aider via le blog, ne serait-ce qu’un chouïa !

Et vous, quels sont vos rapports avec votre équipe médicale?

PS à mon équipe équipe médicale si elle me lit: merci à vous deux d’être vous, vous êtes parfaits!



Catégories :Vivre l'infertilité au quotidien

Tags:, , , ,

45 réponses

  1. Je suis bien d’accord avec toi … C’est pour ca aussi qu’il faut pas hésiter à changer de médecin si ça va pas … Les tentatives en PMA sont pas illimités. Même si desfois on se doit qu’on va perdre du temps à chercher ailleurs c’est pas grave ca sera du temps gagné par la suite.
    Merci pour tes articles toujours pleins de bons sens! 👏

  2. C’est vrai qu’on tombe parfois sur des gens vraiment pas terribles qui ne prennent pas de temps pour nous, ne cherchant pas plus loin, le tout étant de voir plein de monde et de faire du chiffre…
    Heureusement qu’il y a quand même de chouettes personnes là dedans aussi.
    Bises

  3. Moi je suis fan de mon Docteur D … !! Dés le début les filles dans le parcours du don m’ont bien précisé que c’était hyper important de bien choisir son doc et de bien être suivie. J’ai suivi leurs conseils et je ne regrette pas ! enfin je dis ça mais je ne regretterai vraiment vraiment pas que le jour où je serais enceinte hein 🙂

  4. Je suis d’accord avec toi ….
    Aller à un rdv avec Dr je tire la tronche, c’est comme la roulette russe. Un jour elle sera adorable, un autre jour elle sera détestable. J’appréhende à chaque fois un rdv avec, je ne sais jamais si cela se passera bien. Elle est professionnelle, ça, pas de soucis. Mais cela ne me suffit plus, au bout de presque 3 ans avec elle, j’ai envie de changer de gygy pma. Je sais qu’avec des personnes qui sont suivis à la même pma que moi, ça se passe très bien. Mais pas avec tout le monde.
    J’ai besoin de me sentir écoutée, de ne pas me sentir humiliée face à certaines paroles concernant mon surpoids (elle m’a vraiment humiliée). Je voulais rester avec, car c’était la meilleure la pma où je suis suivie. Puis une nouvelle gygy est arrivée, et beaucoup sont enceintes avec cette nouvelle gygy, elle est plus douce, plus à l’écoute, j’ai envie de tenter l’aventure avec elle. J’ai juste besoin de me sentir mieux avec ça, car je crois qu’être bien accompagnée aussi bien professionnellement, qu’humainement c’est très important.
    Bises

  5. J’ai eu énormément de chances, je suis tombée directement sur quelqu’un de bien. J’ai tout de suite eu confiance en lui, certes il a été un peu brutal la 1ère séance, mais appelons un chat un chat. Ce n’est pas un psy, il est là pour nous aider à accomplir notre rêve. Il n’hésite pas à changer de protocole quand ça marche pas, il est sympa quand je suis les 4 fers en l’air avant une ponction/lors de l’hystéroscopie. Il tient à tout faire lui-même. Il ne fait QUE de la PMA, pas d’accouchement, pas de gynéco simple. Quand j’appelle al secrétaire, elle est toujours hyper gentille et se souvient de moi quand je donne mon nom (je ne sais pas si c’est positif ou pas…). Prochain test pour lui: si ce TEC ne marche pas, je vais demander un caryotype 😉

    • C’est super et tellement important. En PMA, je suis aussi tombée sur le bon tout de suite. Mais ce sont les 15 années précédentes avec toute la batterie de tests que j’ai dû faire pour comprendre mon problème de santé qui m’ont fait rencontrer toutes sortes de médecins. Le caryotype est un des premiers examens que j’avais fait ado. Pour quelle raison souhaites tu le faire?

  6. J’aime aussi beaucoup mon Dr PMA… Et pourtant il fait aussi de l’obstétrique mais ça doit lui faire du bien de voir un peu la finalité de son travail 🙂 J’ai confiance en son raisonnement et en son geste, et c’est important quand on confie son corps. J’ai confiance aussi en son sang froid. Alors oui, il ne s’implique pas trop, il est parfois pas très bavard voire un peu froid notamment avec mon mari qu’il ne calcule pas trop (mais mon mari ne trouve pas ça gênant car il le trouve rassurant). Oui parfois, on aimerait plus de mots de compassion tout ça. Mais pour ça, je consulte une psychologue et malgré tout, quand il y a besoin, il sait faire. Il est très disponible malgré son emploi de temps de fou, réponds super vite aux questions par texto, trouve toujours un petit trou dans son planning si urgence et surtout, il sait dire qu’il ne sait pas et se remettre en question. La secrétaire, ma foi, elle est efficace, même si pas d’une amabilité folle. Mais on peut compter sur elle, et j’imagine qu’elle a beaucoup à gérer d’où son efficacité. Je crois que j’ai de la chance d’être suivie en libéral, il y a une vraie relation de confiance avec son médecin.
    J’ai le même doc que monpetitoeuf et je n’ai pas du tout envie de changer 🙂

  7. Ah la la, tu me crois si je te dis que j’ai la frousse de changer de PMA (si nouveau taf’, je change de région, et si je change de région, je quitte ma gygy adorée) ? Et que d’ailleurs mon Chéri tic là dessus, car elle est TOP top top (empathie + professionnelle + sympa + mini 1 heure le rendez vous). Mais comme toi, je me suis fait la même remarque (ce qui me fait d’ailleurs craindre un changement de gyy pour cause géographique), nombreux sont les blogs/avis où je lis que le relationnel n’est pas vraiment concluant.
    Et que cela doit-être dur. Ca doit être lourd, changer/ne pas changer, et pour qui ? et que va-t-on trouver ?
    On a une grande chance de ne pas se poser ces questions à l’heure actuelle, et ton post est bienvenu car il m’en fait de nouveau prendre conscience. J’ai de la chance, et c’est un hasard.
    PS : « Et bien à l’adolescence, les règles ne venant pas avec le traitement prescrit, la gynéco de l’époque avait trouvé la solution: comme ce n’est pas possible de ne pas réagir au traitement, c’est très simple.  » ???? La mienne m’avait dit que si je ne réagissais pas au cacheton (aménorrhée primaire aussi ici), il faudrait alors investiguer plus loin, notamment voir si ce n’était pas physique ou hypophyse. Non mais franchement, oui, il n’y a pas de honte ou de déshonneur à reconnaitre ses limites, c’est tout l’inverse justement !
    Bisous

    • oui c’est très dur de quitter son médecin, tu peux lui demander qu’elle te recommande à un confrère?
      Toi aussi tu as une aménorrhée primaire???
      A l’époque on avait à peu près tout investigué, c’était en province. Mais je crois qu’à Paris il y a quand même plus de super spécialistes à la pointe…

      • Oui, ce sera le cas si la question se pose. Et en plus je te dis pas l’annonce de blog en mode « chez qui ? vos avis! » que je ferai dans ce cas.
        Sinon, yep, aménorrhée primaire… Le truc où tu rêves d’être réglée quand t’as 17/18 ans, pour être comme tes copines, et que quedal de chez quedal.
        C’est pour cela que j’ai été diagnostiquée hyper jeune (à 17 ans). Ma gygy m’a orienté vers le CHU (car je n’avais pas réagi au premiers cachetons) : IRM hypohyse + écho (sur le ventre,comme quoi c’est possible, marde!, ça prend juste plus de temps).
        Les examens se sont faits au CHU, là où nous sommes en PMA actuellement, et par le grand professor (chef de service endocrino et pma). Autant te dire que quand je me suis ramenée avec mon dossier avec ce nom chez ma gygy de ville au moment de l’arrêt de pillule, je n’ai pas eu droit au « attendez un an et revenez ». Niet, c’est un nom (et un diagnostic) qu’on ne conteste pas. Vlan. Une écho direct pour confirmer le déjà confirmer 10 ans auparavant, et direct traitement (mais comme c’était une gygy de ville… traitements qui trainent… donc direction PMA quelques mois plus tard). Et voila !
        Bon, c’était pas à Paris, mais FriteVille (sauf que FriteVille à la plus grande maternité et donc CHU endocrino/gynéco… immense!). Et puis, au final mon cas était moins complexe, puisque OPK avec aménorrhée primaire, pas eu besoin d’investiguer plus. Donc, comme tu dis, cela dépend grandement des médecins, faut pas hésiter à en voir plusieurs mais ça on ne le sait que quand on a déjà été confronté à un soucis. Bises

        • je me reconnais beaucoup dans ton expérience !! Au désir de bébé, mon gynéco de ville parisien m’a immédiatement envoyée vers mon gynéco PMA. Pas de temps perdu. Et comme toi, rebelote d’examens qui ont bien confirmé le diagnostic posé dix ans plus tôt… Bon courage pour la suite des réflexions Bounty!

  8. La mienne, Dr Espoir, est très chouette, même si on sent parfois le côté un peu faussement empathique. En même temps, je suis bien placée pour savoir qu’on ne peut pas être tout le temps en compassion avec ses patients, sinon on devient dingue.
    La première gygy, « Dr Chanel », était une pompe à fric inefficace qui vendait des échos 3D mensuelles non indiquées pour des suivis de grossesse physio, et ne souhaitait en rien faire mon diagnostic (« revenez me voir dans 18 mois si rien » m’a t’elle dit après près d’un an d’essais).
    On a de la chance, mais on a choisi notre gygy vraiment en fonction de cela, entre autres bien sûr, grâce aux forum qui sont unanimes sur 3-4 gygy dans la région. On est chanceux à ce niveau là.

  9. Je ne sais pas si ma gygy est froide (je ne l’ai pas encore affublée de petits surnoms glaçonneux) mais en revanche, nous sommes toujours pressées par le temps. Et comme en plus de ça je suis une grande stressée, parfois j’ai l’impression de perdre mes moyens et de ne pas forcément poser les bonnes questions ou d’oublier même ce qui me turlupinait, faute de temps. Consult expresses, mails rapido, tout se fait trop vite alors qu’on parle là du parcours de notre vie, qui, a fortiori est super éprouvant. Mais en effet, nous sommes des numéros parce que nous sommes, hélas, nombreux dans cette histoire et qu’il faut satisfaire tout le monde. je crois que l’élément principal est la confiance. Si on a confiance en son médecin/gygy, ça aide énormément et c’est indispensable. Il paraît que les cardiologues sont les pires !! 😉

  10. Nous avons franchi le cap d’aller prendre un second avis après 1 an de prise en charge dans le privé où au final on ne nous proposait pas autre chose que recommencer sans rien changer et que le suivi du dernier échec FIV s’est conclu par un message sur mon répondeur finissant par un « et si vous voulez qu’on vous appelle, allumez votre téléphone » alors que ça faisait 3 jours que je demandais qu’on me rappelle quotidiennement et que le seul moment où il y a eu un décrochage réseau, ça a été le seul moment où le Dr D a daigné rappeler.
    Nous sommes donc allés dans le public, avons toqué chez le professeur P qui nous a reçu très gentiment, a pris le temps de refaire le point avec nous, de réanalyser notre parcours, nos échecs, d’expliquer, de tout remettre en cause et limite nous expliquer qu’on n’était pas infertile et que lui ne serait pas parti en FIV direct. Bref finalement, même si on découvre petit à petit les « affres du public », on est très content d’avoir franchi le cap car aujourd’hui on ne nous coupe plus la parole dès qu’on ose être actif et échanger/poser des questions…. on est reparti en bilan de base pour ré-explorer ce que le précédent Dr D n’avait daigné regarder, certes cela retarde un peu la poursuite du parcours mais l’objectif de retrouver confiance en l’AMP et en nous est « atteint »

    • C’est super que vous vous sentiez mieux accompagnés désormais. Le message téléphonique qu’il a laissé est juste choquant!! J’espère que le nouveau médecin vous apportera des solutions « innovantes ». Bravo d’avoir franchi le pas!
      Je ne pense pas par contre qu’il y ait une opposition public/privé systématique, ça dépend vraiment des médecins eux mêmes. Tiens moi au courant !

  11. Complètement d’accord et même quand on n’est pas en PMA! Bien choisir son médecin pour pouvoir lui faire confiance, c’est essentiel. Je fais 45 min de route pour voir la médecin de ma fille et je changerai quand elle ira à la retraite. La consultation, c’est 30 min: on a le temps de parler, de poser des questions – ça change tout!
    J’étais pas à l’aise avec ma gynéco – elle était trop froide. J’ai changé – la nouvelle est top: pas de langue de bois, bavarde, franche, sympa, pro on verra avec le temps.
    Tout ça pour dire qu’il faut pas hésiter à changer si on ne « sent » pas son médecin – la confiance est hyper importante.
    ++

    • Oui c’est super important. Malheureusement, en PMA, beaucoup de couples se sentent un peu piégés car soit ils ont un manque de choix possibles, soit ils sont entraînés dans de longs protocoles et ils ont très peur que le fait de changer de médecin ralentisse encore leur parcours.
      Gros bisous ma belle (et à la puce!)

  12. pour etre un médecin infertile…
    je suis donc des deux cotés. Dans mon travail j’ai toujours été je pense et je l’espere empathique. C’est vrai qu’on est confronté a des gens dans ce parcours qui devraient etre formé a cette prise en charge particuliere.
    La part psychologique est laissé de coté et c’est réellement dommage..

    bises
    et bravo pour tes articles

  13. en effet cet article me parle beaucoup 😉
    j’aime beaucoup ton blog, merci pour nous toutes.

  14. Avec le nôtre, c’est le problème inverse qui se pose. Dr Bisounours est vraiment trop optimiste et parfois irréaliste… Après l’échec de 3 IAC et 2 FIV, il persiste à dire: « Cette fois, ça va marcher, c’est sûr !! » Sauf que du coup, on n’a plus vraiment confiance, puisqu’il dit ça depuis la stim simple… Un bon médecin doit donc se montrer empathique, certes, mais aussi réaliste, honnête et diplomate. Plutôt que de nous protéger en nous vendant du rêve, ils devraient tous nous préparer à toutes les possibilités (réussite comme échec). Bisous.

    • Oui dans ce cas tu as l’empathie mais pas la confiance. Or la confiance est ce qu’il y a de plus important. Et quand vous lui posez des questions claires et fermes, que vous dit-il? Courage Julys, gros bisous

      • La dernière fois, on y est allé avec toute une liste de questions. Mais il se contredit souvent et surtout, on a l’impression qu’il manque de prudence. A chaque fois, il nous embrouille l’esprit dans ses réponses. En tant que médecin, je crois que tu te dois de garder un peu de réserve, surtout quand il s’agit de prédire le futur… M’enfin, ça va hein !! On gère. Et puis au moins il est fort sympathique. A croire qu’on ne peut pas tout avoir…

  15. bonjour, c’est tellement vrai ce que tu dis…l’an passé on a pas eu le choix, mais pour le parcours PMA qui s’annonce, on a vraiment pris soin de choisir une équipe avec qui on se sent bien!

  16. D’un côté, mon doc PMA est top (c’est le prof McGentil), de l’autre, ma généraliste est hyper gaffeuse. On ne peut pas tout avoir et je préfère dans ce sens là. C’est important d’avoir confiance et de ne pas craindre le doc qui nous aide à réaliser le plus beau projet d’une vie!
    Bisous

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :