Comment Gérer Les Fêtes de Fin d’Année ?

Chers lecteurs,

Les fêtes de fin d’année sont synonymes de joie, de fête, de bonne bouffe, de retrouvailles. C’est le moment de l’année où l’on se doit d’être heureux. Comment faire face alors qu’on est « en mode survie » dans un parcours d’infertilité ?

  1. Tenez bon en affichant le « Masque du Sourire » : vos proches ne sont peut-être pas au courant, voire pas concernés par le sujet. Ce qu’ils veulent c’est avant tout que vous ne leur gâchiez pas leur bonheur. Pas très cool, ou même inconscient de leur part, (voire un peu égoïste oserais-je dire). C’est un moment de l’année où l’on se doit être heureux, ou au moins, faire semblant. Donc accrochez bien fort le masque du sourire, et vous verrez : à sourire, se forcer à sourire, il peut arriver que l’on se réchauffe le cœur. Cela me fait penser à l’idée du LOL Project (voir le site), qui photographie des gens en train de rire aux éclats. Une vraie bouffée d’oxygène et de liberté! Et ça fait du bien. L’infertilité nous rend trop souvent aigris, sourions tout de même à la vie!
  2. Faites-vous plaisir, reposez-vous, chouchoutez-vous : vous faites forcément un peu (beaucoup) semblant, donc essayez de vous préserver au maximum, chouchoutez-vous quand vous le pouvez ! D’abord, on ne s’ajoute aucune contrainte superflue. Ensuite, on se prévoit, minimum une fois par semaine, un temps pour soi, et rien que pour soi. Séance lecture au coin du feu, petit massage… Réfléchissez bien à ce qui vous fait plaisir avant d’attaquer cette période et faites-vous une to do list du bonheur (voir l’article « Le Bonheur étant contagieux« )! Si vous êtes en vacances, essayez de vous reposer au maximum. Rechargez les batteries, sûrement un peu usées moralement et physiquement.
  3. Préparez-vous à faire face à toute remarque blessante. La liste 1001 choses à ne pas dire aux Infertiles pourra vous aider. Nous avons par exemple le cas où l’on vous demande « Le Bébé, c’est pour quand ? », « Vous commencez à être vieux ». Réfléchissez en amont à la réponse dans laquelle vous êtes le plus à l’aise. On peut la jouer « Je suis fort(e)», et dire « Merci de ta remarque. Grâce à toi, je vais me dépêcher. Tu sais, je n’ai fait que 124 piqures en deux ans, 75 prises de sang, une fausse couche et 80 échographies. Pas celles sur le ventre, naaaaaaaaaan trop facile, celles où on a les pattes écartées en l’air. Et accessoirement, j’ai pris 5 kilos, le tout en menant de front mon activité professionnelle. Heureusement que tu es là pour me donner tes doux conseils.» ET VLAN . Sinon, en mode plus consensuel, on peut juste se taire et vite sortir le Masque du Sourire «Oui tu as raison, pour l’instant ce n’était pas notre priorité ». Up to you, de voir comment vous souhaitez gérer la situation.
  4. Les hordes de bambins. La joie des bambins durant cette période est magique et votre peine malheureusement grandissante face à ce spectacle. Si l’on vous propose de porter un bébé, ne vous sentez pas obligés de le faire.  Faites au mieux, selon votre feeling. Cela me rappelle l’article très juste du blog « Chez Miss Kangourou », qui récemment a pu décliner en prétextant une maladie contagieuse (voir l’article « La Veille du Grand Jour »). Je la cite :Quand Mme Hippo a voulu mettre la JoliBaby dans les bras de Mme Kangourou, celle-ci a gentiment décliné l’offre, prétextant une contagiosité d’un patient de la nuit d’avant. Et a retenu ses larmes de fatigue/émotion/envie/jalousie de bitch/tristesse.
  5. Boire, manger et voyager. Les fêtes, c’est en général la période des excès, où l’on vadrouille dans les quatre coins de la France ou du monde (petits veinards !). En traitement, la prise de poids est courante (voir le sondage du collectif BAMP), il faut souvent faire un petit peu attention pour se stabiliser dans la durée. Donc le gavage en non stop alors que les hanches sont un peu empâtées ne nous enchante pas forcément. De plus, selon les médecins, ou si l’on attend un résultat d’un dosage d’HCG, on peut avoir des contraintes plus ou moins strictes. Le médecin de Miss inFertility voyez-vous est assez strict de ce point de vue tant au niveau alimentaire qu’au niveau transports. Si Miss inFertility est en traitement les consignes sont claires : pas une goutte d’alcool, pas de café, pas d’aspartame, pas de coca … S’il y a potentielle grossesse : idem mais aussi, éviter tout risque de contamination de la toxoplasmose et listériose. Donc pas de foie gras au programme, on trinque à l’eau (où on fait semblant une coupe de Champagne à la main), et on mange très cuit ! Pas le droit de rouler en voiture plus de 2 heures, de sortir d’Europe, interdiction d’aller en altitude etc. Tout ça si on est enceinte on l’accepte avec grande joie, mais au 28 ème mois d’essai, la lassitude nous gagne. Et quand vous avez une C1 (voir définition) qui part pour un long courrier après avoir roulé 6 heures, en vous expliquant que c’est dur d’avoir des nausées pendant 2 mois, forcément ça peut agacer.
  6. Gérer les nouvelles annonces de grossesse. On ne sait pas pourquoi mais le 31 décembre est une date que les couples en C1 ou C2 affectionnent particulièrement pour annoncer une grossesse. La magie du moment sans doute ? Si cela peut être pour vous un crève cœur, au moins vous serez prévenus. Le Masque du Sourire vous connaissez ?
  7. Se blinder en vue d’un dosage d’HCG. Si vous êtes chanceuse, vous attendez un résultat. Je pense fort à « FIV à Paris » pour le résultat du 24 décembre.
  8. Demandez de l’aide, osez appeler au secours. Si tout cela est trop lourd, que la fontaine ne tarit pas, parlez-en à un ou des proches qui peuvent comprendre et cela vous soulagera d’un poids.

Forts de tout ça, vous serez finalement peut être heureux de retourner à vos piqures et à votre travail. D’habitude, la rentrée on n’aime pas ça :-).

Je vous envoie tout mon courage durant cette période, et une GROSSE pensée pour Titpouce, qui traverse une épreuve particulièrement difficile, bon courage ma belle.

J’espère que vous en profiterez pour passer un peu de bon temps auprès de vos proches. Savourer ce que l’on a, c’est un premier pas vers le bonheur. Et qui sait, peut être un beau « + » dans la hotte du Père Noël?

Gérer les fêtes dans un parcours d'infertilité

Le Père Noël cacherait-il une surprise dans sa botte?

Si vous avez d’autres conseils à donner aux lecteurs, n’hésitez pas !



Catégories :Vivre l'infertilité au quotidien

Tags:, , , , , ,

20 réponses

  1. A la base, j’étais déçue de ne pas aller fêter le Noël traditionnel dans ma belle-famille: on s’adore tous, une 12aine à table, l’esprit de Noël. Mais finalement, ça aurait aussi été mise face à face avec les 2 enfants de mon BF et BS, dont la dernière a 3 mois à peine. Mise face à leur fécondité en C1 et « oups pas fait exprès mais c’est pas grave on le garde », quand toi depuis 1 an, tu rames.
    Donc au final, c’est pas plus mal. Le 25 au matin, Sieur Biquet et moi même afficherons un -10 à notre QI, en pyjama sous le sapin (mais non, rhooo tout de suite), un café à la main en train de découvrir nos cadeaux 😀

  2. Nous aussi d’habitude on descend dans le sud chez ma famille pour Noel, et là franchement aucune envie. J’ai dis non. Personne ne comprend pourquoi et je m’en fous !!!!!!!
    Comme Dame Lapin, ca sera en pyjama et sous la couette :-p

  3. Je redoute un peu la grande fête de famille (70 personnes au bas mot) du côté de mon mari pour le 25 décembre. .. les 2 cousines qui ont accouché de leur premier la même année que moi (C5 pour l une – et c était tellement long pour elle la pauvre malheureuse- et C-x pour l autre pour qui c était une bonne surprise non planifiée… C36 avec 3 IAC ET 2FIV-6transferts pour moi…mais de quoi je me plains !) ont déjà pondu leur 2eme et je redoute fortement les remarques-questions déplacée de plein de monde… je pourrais bien m inspirer de ta proposition : « un 2eme? On peut faire plusieurs enfants dans une vie, tient j y avais même pas pensé. .. je vais proposer à mon mari tient ! »

    • Ca c’est un cri du coeur !! Tu n’aimes jamais Noël ou juste en ce moment? Bon courage !

      • En fait j’aime plus noel depuis que je suis en couple. Courir d’une famille a l’autre, le stress des cadeaux, se coltiner la belle famille… Surtout que les repas de famille avec eux c’est la tablee de 25. Et en plus cette annee cousine machin va accoucher genre la incessament sous peu et cousin machin est enceint de 4 mois. Bref, j’aime noel que dans ma petite famille a moi (ou accessoirement y’a pas de gosses). Ou alors juste en tete a tete avec cheri. En fait j’aime bien Noel. J’aime juste pas ma belle famille… Cheri, on boycott le repas chez tes parents? (Faut bien essayer…)

        • Ah oui je comprends mieux :). Bon courage alors (tu peux toujours te faire un contre Noël avec ton homme avant ou après le 25 pour faire malgré tout un Noël que tu aimes ;-))

  4. Fêtes avec la grande famille aussi pour nous. Sachant que j’ai 15 cousines âgée de 25 à 35 ans, toutes en couple et souhaitant des enfants (certaines en ont déjà 1): quelle est la probabilité d’une annonce en ce 25 décembre? Plus fort encore, quelle est la probabilité de deux annonces simultanées? (tiens ça le donne des idées de questions d’examen pour mes étudiants ça)
    Merci pour ton article tout doux Miss Infertility.

  5. Merci pour la citation !! Ça fait drôle sur le coup 🙂
    Bisous et merci pour les conseils aussi… Ou en es tu de ton côté?

    • Mais de rien ! En écrivant j’ai pensé à ton article très juste, donc je me suis permise de te citer. Pour ta question, je veux bien t’envoyer un petit message par mail, j’ai donné l’adresse du blog à des amis donc j’évite de mettre trop d’infos perso (ourinfertility@gmail.com). Bisous

  6. Cette année tout sera si différent pour nous. Mais je me souviens de l’année dernière, ce 3eme Noël d’attente… C’était devenu au dessus de mes forces de « faire semblant »… on a fait le réveillon du 24 tous les 2 – avec la piqûre de Gonal F pour venir casser notre ptit tête à tête L.O.L. – et avons rejoint mes parents et mes sœurs le 25…. sans faire semblant. J’ai pleuré, dit que j’étais mal…. et finalement, la journée à été moins difficile que les Noëls où j’avais dû mettre mon masque de fille souriante…

    • Ca fait du bien de pouvoir être soi, sans avoir à réfléchir ou à faire semblant. C’est super que tu aies pu passer un bon Noël bien entourée l’année dernière, soutenue par tes proches. La piqure de Gonal devient vite notre meilleur ami ;-), bises

  7. Je kiffe cet article !
    Il me paaaaaaaaaarle.
    Dans tous les cas : se respecter
    Je ne veux pas me perdre de vue, pas feindre des émotions que je n’ai pas.
    Certes, mon stress actuel n’est que le mien, pour autant, faut pas trop venir se frotter à moi (merde !).
    Dores et déjà des pensées à toutes !

  8. Un post à lire, relire et rerelire tellement il fait du bien ! Je suis d’accord avec chacun de tes mots. Moi j’ai plutôt tendance à être « foutez moi la paix en cette fin d’année douloureuse » mais consciente que c’est une mauvaise idée et qu’il est préférable d’en profitez. Après tout, ce sont peut être les dernières coupettes de champagne dans lesquelles on se noiera, les prochaines ne seront que pour fêter de bonnes nouvelles !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :